Blue

15 juin 2007

Nuit du 30 au 31 mars 2007

Je suis avec l'Amie dans les rues, shoppingant, et mon portable sonne, c'est N. qui m'appelle. L'Amie se fâche, elle prend mon téléphone, et lui raccroche au nez. Mais finalement, revenant sur son premier mouvement, elle le rappelle et se met à l'engueuler comme quoi il abuse, qu'il n'a pas le droit de revenir dans ma vie alors qu'il m'a exclu de la sienne, etc.
Là, elle se rend compte que nous n'avons pas affaire au même N. que nous pensions, celui-ci est un inconnu qui m'appelait pour me déclarer sa flamme. Il m'aimait de loin, depuis longtemps et voulait enfin se déclarer. Elle lui répond qu'il n'a aucune chance, que mon coeur est déjà pris. Mais ils finissent par convenir d'un rdv à minuit à son bar pour que je puisse le lui dire moi-même.
Je me dis que ce n'est pas une très bonne idée, et qu'il ne faudra jamais que je le dise à E.

Très détaillé, très vivant, presque réel.

Posté par MademoiselleBlue à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Nuit du 20 mars 2007

Un enfant, un bébé, avec des étoiles à l'intérieur de lui, dont une rouge, qu'on voit dans l'ombre
Une fille qui disparaît, comme un fantôme

Je le trompe avec Th. Je le regrette. Cela me réveille presque, et le sentiment de dégoût de soi fort et prégnant, je peux le rejeter, rassurée, car ce n'est qu'un rêve.

Posté par MademoiselleBlue à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Janvier 2006

Une maison sombre, pour se lever on emprunte un tunnel d’excréments…. Quand j’arrive (c’est immonde), je vois des bestioles affreuses… des araignées… je hurle et mes parents viennent les tuer… en fait cette maison est hantée, ma mère donne un bain à une femme morte qui se réveille, mon père veut voir et ils sont tous deux ensorcelés, mon frère et ma soeur commencent à disjoncter…Il faut sortir… j’embarque mon frère et je lui dis d’aller au poteau d’indication hors zone d’influence des bêtes affreuses qu’il y a dans cette baraque pourrie. Après je vais chercher ma soeur qui semble cauchemarder toute seule, à voix haute… je la fais sortir malgré elle, et ça va mieux… On est obligés de laisser notre père et notre mère, mais au fond de moi je sais que c’est ce qu’ils auraient voulu…

Dans la maison, il y avait aussi K qui était devenue l’amante de N.B. On s’enfuit… Serait-ce un livre de M. Honaker qui fait rêver ses lecteurs et leur donne la suite à vivre… En tout cas, Thor n’est pas mort et il reviendra… The end ? Non. Je sais comment détruire ces créatures : par le feu (et ça tombe bien, S a le pouvoir du feu) donc Thor prend la forme d’une immense boule noire qui vole à travers le ciel , puis celle d’un humanoïde… et j’essaye de le détruire.

Je me suis promenée aussi en ville, après avoir quitté un autobus de discussion de l'école, je retrouve F et L, on regarde les places pour les fêtes de décembre…. Et oui F nous avons remis de la distance entre nous, et oui, ce sera différent, surtout après 3 ans que tu as passé auprès de K… Et moi je trouve qu’on voit mieux dans les premiers rangs même sur les côtés…

Posté par MademoiselleBlue à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

J'en ferai une prémonition

J'ai rêvé que j'étais chez lui, que je me cachais, que l'on me voyait, que l'on s'enfuyait...

Partir, dormir sur la plage, entre ses bras le monde se tait.

[14/03/07]

Posté par MademoiselleBlue à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Je suis une mère prête à tout pour sauver son fils.
J'affronte un père prêt à tout pour sauver son enfant.
Nous cherchons tous deux un remède à un mal inconnu, qui n'existe qu'en un seul exemplaire.
Je fouille la maison, il fait de même, mais je trouve la seringue pour inoculer le vaccin la première, et je fais comme si de rien n'était pour ensuite m'éclipser avec et m'enfuir. Je grimpe ... poursuivie ... je parviens à lancer le remède à une femme en lui disant de le donner à mon fils, mais me suspectant, elle le jette par terre, il se casse, et avec lui, tous mes espoirs de sauver mon enfant se brisent également.

[11/10/06]

Posté par MademoiselleBlue à 21:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


La part de rêve et de réalité

J'ai fait un rêve... ce n'est pas la peine de préciser qu'il fut étrange, car ils le sont tous, à des degrés divers...

A deux moments cependant, j'ai vécu au croisement du réel et du rêve...

L'homme me tend ces Apéricubes (des apéricubes, quelle étrange idée ! pourquoi est-ce que je peux bien rêver de ça ?!), et je pense alors, dans mon rêve, que c'est vraiment curieux qu'il me donne ça... étant donné que j'en ai rêvé la nuit précédente...

C'est vrai qu'il m'arrive souvent de rêver de choses inutiles qu'un élément du jour suivant vient à me rappeler. Des rêves que j'avais oubliés, complètement, comme s'ils étaient nés pour que je les réveille le lendemain en croisant leurs indices, incarnés...

Evidemment, je n'ai pas rêvé d'Apéricubes la nuit précédent cette nuit, mais dans mon rêve, j'en avais rêvé la nuit précédent la journée de mon rêve...

Ensuite, je m'apprête à prendre le métro, et sous terre se met à souffler un vent d'une terrible force qui m'emporte presque, je suis obligée de m'accrocher pour ne pas m'envoler. Et je me dis qu'il ne peut s'agir que d'un rêve... une telle chose ne peut exister... Puis, après un moment, sous le vent, étonnée de ne pas me réveiller, j'en viens à me dire que finalement, cela doit être la réalité...

Pourtant, c'était un rêve.


 

[14/06/07]

Posté par MademoiselleBlue à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Raphaël

Il était venu se réfugier chez nous... à l'abri, en quête d'inspiration ? Je ne sais plus... Un déguisement ncroyable... une moustache, un manteau curieux, ou une cape... un couvre-chef... nul n'aurait pu le reconnaître. Dans le bureau, il composait... plongé, perdu dans ses pensées... ses mains brûlaient, mais cela ne le ramenait pas à la réalité... Il avait l'habitude m'a-t-il dit, quand je réussis à noyer les flammes sous l'eau... Des mains cybernétiques... qui en avaient vu d'autres... Il était chez lui, il était chez nous.

Un drôle de pouvoir... un "change monde" me suis-je dit en m'éveillant. Il avait ouvert une porte là où il n'y avait qu'un mur. Il avait échappé à ses poursuivants en changeant la texture du monde...


 

[21/04/06]

Posté par MademoiselleBlue à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Léthargie

S'il existait un verbe pour le substantif léthargie, je serai ce verbe.

Je ne crois pas que la chaleur soit une explication suffisante pour exprimer cet état latent depuis quelques jours, ou peut-être semaines. Je n'éprouve plus qu'une angoisse profonde qui me fait mal au ventre, mal au coeur.
Un rien me rend malheureuse, surtout si ce rien concerne le travail que je suis supposée rendre bientôt.


Je looooose.

[24/05/07]

Posté par MademoiselleBlue à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les jours passent et se ressemblent

[20/05/07]

Posté par MademoiselleBlue à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un nuage de Kundera

"Les anges sont partisans non pas du Bien mais de la création divine. Le diable est au contraire celui qui refuse au monde divin un sens rationnel.
La domination du monde, comme on le sait, anges et diables se la partagent. Pourtant le bien du monde n'implique pas que les anges aient l'avantage sur les diables (comme je le croyais quand j'étais enfant) mais que les pouvoirs des uns et des autres soient à peu près en équilibre. S'il y a dans le monde trop de sens incontestable (le pouvoir des anges), l'homme succombe sous son poids. Si le monde perd tout son sens (le règne des diables), on ne peut pas vivre non plus."

Eclat d'une pensée qui n'est pas la mienne mais que j'emprunte ce soir pour éclairer les prémisses d'une nuit sombre.

Le livre du rire et de l'oubli

[27/04/07]

Posté par MademoiselleBlue à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]